photo Chantal Bou-Hanna

Bernard Thomas, journaliste, écrivain et critique de la rubrique théâtre au “Canard Enchaîné” écrit :
“... Son tour de mots l’égale aux frangins qui se sont absentés pour goûter les racines de pissenlits : cousin Brel, le bon Georges et le grand Léo...”

Jean Ferrat :
“... J’ai le sentiment de découvrir un “vrai” auteur. Quel profond plaisir j’éprouve, plus que cela d’ailleurs, une sorte de jubilation très intime...
... Ceux qui ne le connaissent pas encore peuvent se réjouir : ils vont faire, comme moi, une vraie découverte... Ah les veinards ! ...”

Allain Leprest :
”... Des mots ciselés à l’extrême, du sens sans que la rime ciselée à l’extrême ne le gâche, de l’émotion pour vous étreindre et du rire vrai, sans complaisance...”

Juliette :
“... Bernard Joyet est un auteur dont je n’hésite pas à dire qu’il est majeur, dans ce monde parfois tellement superficiel de la chanson. Chanter les chansons de Bernard, c’est avoir sous la dent de quoi mâcher, des mots, des allitérations, des jeux de rimes qu’on aimerait avoir trouvés soi-même ! Et s'il y a chez Joyet autant de sous-entendus graveleux que de promesses de tendresse, autant de gifles à l'hypocrisie bien-pensante que d'hommages aux plus nobles sentiments, c'est parce que le monde n'est pas tout d'un bloc; car c'est ainsi qu'on devient clown: parce qu'on est témoin d'une mort plus moche que les autres. Ou qu'on devient gérontophile ("Mignonne, allons voir si l'arthrose!") parce qu'on sera jamais vieux !
Chanter les chansons de Bernard c'est se payer des compagnes de scène vivifiantes mais puissantes avec du sens, du goût, de la cuisse !

Il se lance dans le solo, avec juste un piano pour l'accompagner, manière de se présenter à vous, habillé de ses sourires et de cette fausse timidité qui lui permet de vous faire entendre les pires provocations comme s'il susurrait des mots d'amour à l'oreille d'une belle. "
Juliette

Retrouvez la sur son site : (http://www.juliettenoureddine.com)

Anne Sylvestre :
Bernard Joyet ce n'est pas qu'un chanteur. C'est un humain fracassant et tendre, c'est un provocateur, c'est un consolateur, et un auteur magnifique. Courez l'entendre, ne le faites pas attendre.


photo Chantal Bou-Hanna

La presse...

... Bernard Joyet, dont la carrière solo est encore récente, enthousiasma littéralement un public qui, dès le troisième morceau, savait qu’il lui ferait un triomphe. Sa prestation fut l’un des temps les plus forts du festival. Un artiste dont l’humour, la mélancolie, la poésie pudique, la présence scénique et les qualités d’interprète sont un vrai bonheur. Et puis, quelle écriture ! A voir absolument et de toute urgence !

CHORUS.

… Tantôt comique carnassier, tantôt tendre (amoureuse douceur de Francheville), tantôt conjuguant image féminine rayonnante et humanité incendiaire (Djamila), Joyet a le verbe pulpeux, la rime sensuelle, l’alexandrin gourmand. On joue volontiers les Prolongations...

Télérama.



photo historique joyet

Photo5 historique joyet
photo Chantal Bou-Hanna

 

… Bernard Joyet promet : “On donnera des cerises au merle moqueur”. C’est une belle idée surtout à notre époque où la chanson se refuse souvent à l’intelligence et aux douceurs finement pesées. Orfèvre de la plume et de la note, il a donné à Juliette quelques chansons superbes, après avoir longtemps été chanteur fantaisiste. Le voici maintenant qui chante seul ses propres œuvres : des discordes délicieuses, des planisphères minuscules, des promesses intenables, des miniatures sarcastiques, toute une poésie peinte au pinceau à un poil. Certes inconnu du grand public, fidèlement absent des programmations de la FM, Bernard Joyet a toutefois publié un des disques les plus attachants de l’année...

Bertrand Dicale, Le Figaro.

... Dix sur dix pour Bernard Joyet, qui a su, avec un talent éclectique et une grande présence nous faire passer du rire aux attendrissements. Diable d’homme dont les dérisions sont poésie et la poésie dérision... un grand auteur de chansons. Le public de ce festival, décidément connaisseur ne s’y est pas trompé, plus de quatre cents spectateurs dressés, lui ont fait une véritable ovation à la fin de son tour de chant...

La Marseillaise.

... Triomphe pour Bernard Joyet, un des plus fins auteurs actuels, parolier de Juliette et fabuleux interprète. Du savoureux “Gérontophile” à l’éloge de la paresse, de “Djamila” à cette “Petite balle perdue”, Bernard tira les larmes du public qui ne savait plus si c’était de rire ou d’émotion et conquit Barjac qui le salua par une ovation. Époustouflant! ...

Chant’Essonne.

... Un public chaviré s’est laissé mener par le bout du cœur sur cet itinéraire que chaque chanson marque d’un pierre blanche ... c’est une véritable ovation qui a conclu ce concert où l’on aurait pu jouer les “Prolongations” sans souci...

Le Dauphiné Libéré.

... Bernard Joyet a offert à une salle archi-comble sa poésie lunaire, élégante distillation d’émotion et de rire sur fond de quotidienneté...


photo Chantal Bou-Hanna

La Nouvelle République.

... Époustouflant le Joyet. On rit, on jubile, on se révolte : on vit... Pour une fois qu’on ne nous sert pas la soupe commune, ayons l’ambition d’y être. D’avoir du talent. Même si c’est par procuration...

Christine Georget, La Provence, TV Hebdo.

... Bernard Joyet, épicurien du verbe... Cyber monde en fusion, discordes délicieuses, antagonismes amers, verbiages abscons, humanité incendiaire, notre monde et nos vies sont moulinés aux mots d’esprit et à l’esprit sarcastique de ce poète qui place la surprise au détour de ses couplets. “Aux commissures de mes rêves les mots sont des gouttes de temps”, des gouttes que l’artiste distille à bon escient avec la complicité de Nathalie Miravette. Bravo l’artiste !

L’Est Républicain.

... Un morceau de bravoure, un numéro d’équilibriste étonnant de maîtrise. Les spectateurs lui ont fait un triomphe ...

Le Quotidien (Québec).

… Un nectar gouleyant et jubilatoire… chaque chanson est un chef- d’œuvre taillé avec la précision d’un diamantaire … Nathalie Miravette jongle avec les notes comme Joyet avec les mots.

La République du Centre.

Un océan de tendresse aux mots fragiles

La Marseillaise

- Du Joyet et des joyaux ou le triomphe de Bernard Joyet à l'Européen
- Suite

Nos enchanteurs

Bernard Joyet... Autodidacte et libre

La Marseillaise

Le Joyet nouveau est avancé

Le Télégramme.com

Dans son nouvel album Autodidacte, Bernard Joyet, l'artisan opiniatre de la chanson dites "à texte" reposse les limites du genre avec des textes fleuves introspectifs et vibrants
Lire le texte

Bertrand Dicale

C'est du Joyet ce Joyaux

Nos enchanteurs

L'humour poétique de Bernard Joyet

La provence

Les CD de Bernard Joyet sont rares

La vie nouvelle

Bernard Joyet les victoires de la muse

Vinyl Victoires

Pourchères 2017. Bernard Joyet, orage ô bel espoir

Nos Enchanteurs